Un avenir sans faim
295- Septembre/Octobre 2016

Article mis en ligne le 23 mai 2017

Forum social mondial : Le regard des jeunes

Pendant deux semaines, à Montréal, du 2 au 15 août 2016, une délégation de 114 jeunes, dont seize partenaires, envoyée par le CCFD-Terre Solidaire, a vécu une expérience innovante et solidaire en amont et durant le Forum social mondial (FSM). Quatorze d’entre eux ont participé à un atelier d’écriture : ils témoignent ici de leur expérience.

Le premier Forum social mondial est né à Porto Alegre, au Brésil, en 2001, en réponse au Forum économique de Davos. Ce forum s’inscrit dans le prolongement du mouvement altermondialiste qui a pris son essor après le sommet de l’OMC (Organisation mondiale du commerce) de Seattle en 1999.

Traditionnellement organisé dans un pays dit du Sud, ce douzième forum s’est tenu pour la première fois dans un pays dit du Nord, en l’occurrence à Montréal au Canada.

Permettre des échanges et déconstruire la vision bipolaire du monde

Le but du FSM : permettre des échanges entre les réseaux et les personnes des différents mouvements internationaux. Il s’agit notamment de déconstruire la vision bipolaire du monde, car nous sommes tous confrontés, dans des contextes bien sûr différents, aux mêmes problèmes : guerres, montée du terrorisme, chômage massif, misère, inégalités sociales, conduisant à la montée de l’intolérance et du populisme.

Pour ce FSM de Montréal, la volonté d’être ensemble a été largement altérée par une faible participation des pays du Sud, mais surtout par un refus important de visas de la part du gouvernement canadien, privant ainsi des peuples de leur droit à l’expression.

Un projet audacieux

Envoyer plus d’une centaine de jeunes au FSM : le projet du CCFD-Terre Solidaire était audacieux. S’inspirant du principe de l’organisation du FSM, le CCFD-Terre Solidaire a réuni un panel de participants très divers : avec une large majorité de 25-35 ans, étudiants, salariés, entrepreneurs, membres du CCFD-Terre Solidaire, de la collégialité, ou non, engagés ou non dans des réseaux de solidarité internationale. Seize partenaires internationaux étaient aussi de la partie. Malheureusement, sept autres partenaires se sont vus refuser leur visa par les autoritaires canadiennes.

Dans un monde globalisé et dans le contexte de crise économique, sociale et écologique, cette délégation a travaillé sur trois thématiques étroitement liées : économie sociale et solidaire ; souveraineté alimentaire et justice climatique ; citoyenneté. Des thèmes que vous retrouvez dans le dossier, écrit par une quinzaine de ces jeunes, du numéro 295 du magazine Faim et Développement. Une réflexion nourrie par huit jours de rencontres avec des acteurs de la société civile canadienne en amont du FSM.

Cette expérience unique vécue à Montréal a permis à chacun d’expérimenter une forme de vie collective en autogestion pendant quinze jours, avec parfois des tensions et des débats très vifs, mais le plus souvent dans un climat bienveillant et ludique.

Guirec Quéré, Corine Hervieux, Vianney Marchand, Claire Mottet, Béatrice Hignet, Chrystelle Ménard, Maria Belén Inalbon, Nina Taarabit, Elodie Dodin, Florine Garlot, Nina Hauchard, Jérôme Iltis, Julie Neelin, Louis Favreau.

Découvrir le magazine

Découvrir le magazine

S'abonner

En ligne
Je m'abonne
Par courrier

En téléchargeant et en renvoyant le formulaire d'abonnement

Je m'abonne

Que trouve-t-on dans Faim et Développement Magazine ?

Des dossiers thématiques pour penser autrement les enjeux sociaux, politiques, économiques d’un monde en pleine mutation.

Des sujets de reportage peu traités dans les grands médias qui donnent la parole aux actrices et acteurs du Sud mobilisés pour un autre monde.

Des rubriques originales comme "ils bâtissent un autre monde" qui explorent des alternatives citoyennes au modèle de développement actuel en France et ailleurs.

Des pages Cultures du monde pour aller à la découverte de livres, musiques, films...